•  
  •  
  •  
  •  
  •  

10981911_848375355233590_6159100190962795417_n« Je dirais donc que le Samoyède me correspond parce qu’il est l’incarnation de tout ce que j’aime dans la vie, tant par son physique que son tempérament, en quelque sorte mon alter-égo canin… »

Dogfidelity : Bonjour Céline ! Vous êtes l’heureuse propriétaire de trois magnifiques Samoyèdes. Pourquoi aimez-vous particulièrement cette race ? Qu’a-t-elle donc de si spécial ?

Ce sont des Nordiques primitifs qui gardent cette indépendance de caractère et cette intelligence peu conventionnelle, qui peuvent passer aux yeux des non-connaisseurs pour de l’indiscipline, voire de la stupidité, alors que c’est tout le contraire, ils sont bien trop intelligents pour obéir au doigt et à l’oeil sans se poser de question, ils ont une grande capacité d’analyse de leur environnement et des situations et sont capables de raisonnements poussés pour arriver à leurs fins, il faut donc faire preuve de beaucoup de patience, de ruse et d’ingéniosité pour les amener en douceur et par le jeu sur le chemin que l’on souhaite, ils ne supportent absolument aucune violence ni contrainte. Un Samoyède ne se dresse pas, il s’éduque mais seulement après l’avoir apprivoisé, il faut gagner sa confiance et son respect et lui prouver notre valeur si on veut pouvoir en tirer quelque chose. Ils ont une véritable personnalité et une présence qu’on ne peut ignorer, impossible de les oublier dans un coin, ils sont exubérants, plein de joie de vivre, toujours partants pour tout, avides de contacts, de rencontres, de découvertes, épris de liberté, de nature, de grands espaces. Ils ont le charme et la prestance sans la vanité, et puis il faut reconnaître que cette toison immaculée, ce regard pétillant, ce sourire si typique, ces petites oreilles dressées et alertes, cette expressivité, ce corps compact et puissant et cette queue en panache leurs donnent une allure irrésistible à mes yeux.

Pour conclure je dirais donc que le Samoyède me correspond parce qu’il est l’incarnation de tout ce que j’aime dans la vie, tant par son physique que son tempérament, en quelque sorte mon alter-égo canin…

Dogfidelity : Founouf semble être votre premier chien ? Pourquoi avez-vous choisi ensuite deux femelles de la même race ?

Ce n’est pas mon premier chien à proprement parler puisque j’ai toujours beaucoup ennuyé mes parents pour avoir des animaux étant jeune et à l’adolescence j’ai sorti plusieurs Huskys du refuge où j’étais bénévole, c’est de là que me vient mon amour pour les Nordiques. Mais Founouf est mon premier chien bien à moi, le premier dont je me suis vraiment occupée seule quand j’ai quitté le cocon familial. Si j’ai ensuite choisi une femelle c’est avant tout pour éviter tout risque de bagarre. Et puis, dans mon cas, j’avais déjà en tête de me lancer dans l’élevage à ce moment là, j’ai donc cherché la future compagne idéale de Founouf.

11120526_835563209848138_1996043452644905248_nDogfidelity : Comment s’entendent-ils tous les trois ?

Comme larrons en foire !! Il y a une telle différence depuis que Founouf n’est plus seul, on savait qu’il avait besoin de ça, avant il nous sollicitait constamment pour jouer et s’ennuyait souvent, maintenant ils cherchent toujours autant le contact avec nous mais quand on est occupés ils peuvent aller jouer ensemble et ils ne s’en privent pas. Founouf est très protecteur avec “ses filles” et Yumi encore plus avec sa fille Sansa qu’elle ne perd jamais de vue, ça a été vraiment passionnant de voir les parents éduquer leur fille, car chez le Sam, les mâles participent activement à l’éducation des chiots.

Dogfidelity : Vous vous êtes lancée dans l’élevage de Samoyèdes : l’élevage des Pics de l’Altaï http://pics-altai-samoyede.wix.com/samoyedes-pics-altai Comment s’est fait ce choix ?

Je ne dirais pas que ça a vraiment été un choix mais plutôt un cheminement logique lié à la croissance constante de ma passion pour cette race et à ma découverte du monde cynophile. Lorsque j’ai pris Founouf, c’était uniquement pour compagnie, je n’y connaissais rien au monde des expositions et de l’élevage, ni même au LOF, si je me suis dirigée vers un élevage LOF, de plus situé à 800Km de chez moi, à la base c’était juste pour être sûre d’avoir un “vrai” Samoyède et que j’avais craqué sur le père de mon loulou. Dans la même optique et par respect pour le travail de l’éleveuse, j’ai tenu à le faire confirmer. J’étais terrorisée le jour de la séance de confirmation car à ce moment je n’avais pas la moindre idée de ce qu’il fallait faire et il était particulièrement surexcité et intenable, mais à ma grande surprise et bien qu’il se soit très mal comporté, il a été confirmé haut la main et le juge a ajouté qu’il était très beau et qu’avec un peu d’entrainement il pourrait faire de supers résultats en exposition. J’ai donc commencé à me renseigner et quelques semaines plus tard je l’inscrivais à sa première expo où il a obtenu un super résultat et d’excellentes critiques, malgré une présentation toujours aussi catastrophique, ça m’a beaucoup plu, j’étais gagnée par le virus.

C’est un univers qui m’a tout de suite fasciné et j’ai commencé à passer mes soirées entières à faire des recherches sur le sujet. Dans un premier temps je comptais proposer Founouf en saillie pour garder une de ses filles sur la portée, car ce qui m’intéressait était de conserver sa lignée et que je ne me sentais pas du tout capable de gérer moi-même une portée à ce moment là. Je lui ai donc fait passer les tests de dépistage des maladies héréditaires et ai commencé à le proposer pour saillie.

Malheureusement c’est là que j’ai découvert le côté sombre du monde de l’élevage, entre magouilles, clans, arnaques, élevages en batterie, particuliers qui reproduisent sans rien y connaître… je n’ai jamais eu de demande correcte.

Face à ce constat et ayant continué à m’informer sérieusement sur la reproduction et l’élevage, j’ai alors décidé de prendre ma propre femelle. Pour optimiser les chances qu’elle soit complémentaire de Founouf en grandissant, j’ai demandé l’aide de son éleveuse qui avait une grande expérience et une excellente connaissance de ses lignées, elle nous a sélectionné une future portée dont nous avons attendu la naissance pendant un an et Yumi nous a enfin rejoint. Il ne nous restait plus qu’à espérer qu’elle évolue comme on le souhaitait, ce qui fut le cas, c’est ainsi qu’à débuté l’aventure de l’élevage des Pics de l’Altaï.”

Dogfidelity : Vous avez une approche éthique de l’élevage, d’où provient cette philosophie ?

Je pense que ça vient avant tout des valeurs qui me sont propres, j’ai toujours eu un profond respect pour la vie et une grande admiration pour les animaux, je n’ai jamais considéré valoir mieux qu’eux. Je prends donc le terme “élever” au sens premier, c’est à dire “monter plus haut, valoriser”. Je suis consciente de la situation critique des refuges et ne souhaite pas mettre plus de chiens au monde pour venir grossir les rangs des euthanasiés, aussi l’unique raison qui m’a poussé à envisager la reproduction c’est la passion pour cette race et la volonté de participer à mon petit niveau à sa sauvegarde et son amélioration. Face à l’effet de mode dont elle est victime depuis quelques années et la reproduction à tort et à travers qui en découle, la race se dégraderait très vite s’il ne subsistait pas des éleveurs sélectionneurs. C’est aussi un grand bonheur que de pouvoir transmettre cette passion aux maîtres de mes chiots avec qui je souhaite garder un contact régulier et un suivi à vie.

Dogfidelity : Vous multipliez les activités canines : cani-VTT, cani-cross, expositions de beauté… Qu’est-ce que vous apportent ces différentes activités ? Quels sont les bénéfices ressentis pour vos chiens ? Diriez-vous que ces activités renforcent votre complicité ?

Je pratique ces activités car ce sont celles qui plaisent à mes chiens, n’étant pas particulièrement sportive à la base, j’ai néanmoins choisi des chiens de traineau en toute connaissance de cause, ils ont un réel besoin journalier de se dépenser physiquement et mentalement et c’est un tel plaisir de les voir s’éclater et dormir comme des bienheureux en rentrant. Donc effectivement, ça renforce beaucoup notre complicité.

11233084_848374441900348_8185757186226719256_nDogfidelity : Votre élevage est familial, vous y consacrez votre quotidien ; comment se déroule la reproduction et à quel rythme ?

Je ne dirai pas que je consacre mon quotidien à l’élevage mais juste à mes chiens en fait, je passe le plus clair de mon temps à m’occuper d’eux, entre les sorties, les activités, le toilettage, l’éducation… L’élevage reste secondaire puisque que je n’ai qu’une seule portée à mon actif pour le moment. Mon objectif n’étant pas de produire au maximum mais de renouveler mon cheptel personnel en gardant systèmatiquement un chiot sur chaque portée pour perpétuer ma lignée en essayant de l’améliorer avec du sang neuf. Je n’aurai donc jamais plus d’une portée tous les 3 ans maximum.

Dogfidelity : Que ressentez-vous lorsque l’une de vos femelles met bas ?

Tout un fatras d’émotions, même si je n’ai eu la chance de le vivre qu’une seule fois pour l’instant, ce fut un des moments le plus émouvant de ma vie. Je ne regrette pas un instant d’avoir attendu d’être bien formée car les problèmes lors ou à la suite d’une mise-bas sont plus fréquents que ce qu’on pense.

Dogfidelity : Lorsque qu’un particulier fait la démarche d’adopter un chien chez vous, imposez-vous des conditions particulières ? Vous est-il déjà arrivé de refuser de vendre un chiot ? Si oui, quelles en sont les raisons ?

Oh que oui, même si la loi ne laisse que très peu de droits à l’éleveur une fois la vente effective, j’ajoute toute une série de clauses à mes contrats avec lesquelles les acquéreurs doivent être d’accord et s’engager à respecter avant toute prise de réservation. Ma plus grande hantise étant qu’un de mes chiots se retrouve maltraité, abandonné au premier venu ou se retrouve machine à reproduire dans une usine à chiots… Comme mes portées sont réfléchies longtemps à l’avance, j’ai le temps de prendre des contacts et je peux me permettre de faire une pré-sélection grâce à un questionnaire que je leur demande de remplir et qui me donne une première idée de leurs attentes, de leur style de vie et de leur motivation. Si tout me semble compatible il s’en suit de nombreux entretiens par mail ou téléphone et au moins un entretien en face à face en dehors du jour du départ du chiot, les personnes doivent donc venir au moins 2 fois à l’élevage. Par la suite je demande des nouvelles et photos régulièrement et si possible de se revoir de temps en temps, que le chien soit confirmé et qu’il passe l’examen de dépistage de la dysplasie (à mes frais), afin d’avoir un suivi santé de mes lignées. J’offre un suivi à vie et des conseils sur tous les aspects de la vie du chien et je récupère le chien en cas d’abandon, quel que soit son âge. J’encourage également à ne pas se lancer dans la reproduction ou alors à me demander conseil avant.

Malgré la seule portée à mon actif, oui, il m’est déjà arrivé de refuser une vente, beaucoup même, quand quelqu’un n’est vraiment pas fait pour la race ou semble ne pas pouvoir assumer les besoins d’un tel chien on le sent assez rapidement, dans ce cas je ne donne pas suite. Alors bien sûr nous n’avons légalement pas le droit de refuser une vente, mais partant du principe que je ne vends pas de machine à laver mais des êtres vivants et qu’en fin de compte ce ne sont pas les chiots en eux même que je vends mais mon temps de travail, mes connaissances et mes garanties d’avoir un chiot équilibré et en bonne santé, jamais je ne me résoudrais à les vendre au premier venu.”

12924545_1029129870491470_5100491449009582121_nDogfidelity : Comme vous le savez certainement déjà, l’adoption de chien se raréfie. Que répondriez-vous aux personnes qui considèrent qu’il vaut mieux adopter un chien dans une association qu’en acheter un dans un élevage ?

Que si tous les naisseurs de ces chiens assumaient leurs responsabilités jusqu’au bout comme je le fais, en arrêtant de reproduire n’importe comment, de vendre à n’importe qui, en ayant un suivi de leur production et en récupérant quand ça ne se passe pas bien, des associations n’auraient pas besoin de voir le jour pour palier leurs incompétences et leur irresponsabilité. Selon moi, seule la prévention des naissances pourrait améliorer la situation, l’élevage devrait-être mieux encadré au niveau du bien-être animal.

En achetant chez un éleveur sélectionneur passionné, on lui permet d’offrir des conditions de vie optimales à ses reproducteurs, de dispenser tous les soins nécessaires, d’acquérir ou renouveler matériel et équipement adaptés, de sélectionner les meilleures lignées de sang…

Dogfidelity : Que vous apporte dogfidelity ?

Des contacts !! Les réseaux sociaux me sont d’une grande aide pour prendre contact et faire connaissance avec des personnes susceptibles de devenir de futurs adoptants, mais aussi tout simplement pour trouver des personnes qui ont les mêmes passions et idéaux que moi, ce qui méne parfois à de belles amitiés. Ma plus grande passion étant les chiens, Dogfidelity est encore mieux ciblé pour moi. Cela me permet aussi de faire de la prévention sur la race auprès des personnes qui s’y intéressent. 

Vous avez un Samoyède, vous aimez le Samoyède :

Inscrivez-vous sur  dogfidelity.com, cliquez- ici, c’est gratuit ! Le réseau social de la communauté canine.

Dogfidelity Logo Article

  •  
  •  
  •  
  •