• 248
  •  
  •  
  •  
  •  
    248
    Shares

Présidentielles 2017, une société de progrès est aussi une société qui respecte les animaux

michel-fize-uneAu moment où Michel Fize sociologue s’apprête à faire paraître « Manifeste pour une écologie animale et du vivant » un livre édité aux éditions LGO, et suite au succès rencontré par son précédent ouvrage « Merci Will et à bientôt », véritable hommage à son chien Will aujourd’hui disparu; Michel Fize annonce sa candidature aux prochaines élections Présidentielles et la création du PPA (Parti Pour les Animaux).

Personnalité engagée en politique depuis les années 90, Michel Fize ne présente pas sa candidature pour soutenir tel ou tel parti politique. Non, cette fois-ci son engagement porte sur la protection animale sans distinction d’appartenances politiques, religieuses, culturelles, philosophiques.

Cette décision coïncide avec son départ à la retraite du CNRS et à la perte de son Labrador Will. En raison de sa notoriété et du livre qu’il a écrit en mémoire de Will ; Michel Fize a été identifié par différentes associations animalières comme un défenseur de la cause animale.

Au même titre que le parti politique espagnol « Le Pacma » qui milite contre la maltraitance animale et son bien-être. Un parti qui a remporté 1,19% des voix aux dernières élections législatives espagnols ; Michel Fize souhaite à travers le PPA élargir le débat en faisant réagir les leaders d’opinion et l’opinion publique en faveur de la protection animale trop souvent absente des campagnes électorales.

Le combat du PPA est déjà bâti autour de propositions, dont déjà 20 premières,

PROPOSITIONS EN FAVEUR DES ANIMAUX présenté par le futur Parti des Animaux (en cours de constitution) et son président Michel Fize, candidat déclaré à l’élection présidentielle

 

Déjà 20 PROPOSITIONS, dont certaines, partiellement réécrites.

20 (premières) PROPOSITIONS EN FAVEUR DES ANIMAUX
présenté par le futur Parti des Animaux (en cours de constitution)
et son président Michel Fize, candidat déclaré à l’élection présidentielle

PROPOSITION 1 : Suppression du droit de mort sur les animaux de compagnie. Tout animal a droit à une existence digne et non-abrégée arbitrairement. Traitement digne et respectueux des animaux d’élevage. Disparition progressive de l’élevage en batterie ainsi que des fermes industrielles de grande taille.

PROPOSITION 2 : Interdiction des euthanasies dites « de confort » pratiquées légalement par les fourrières et abusivement par certains refuges animaliers. Le « droit solitaire » de mise à mort exercé, au nom de la « nécessité » (notion floue), par le ou les vétérinaire (s) dans ce type d’institution est supprimé. Aucune euthanasie ne pourra plus dorénavant être effectuée sur un animal sain et/ou jeune. Une commission vétérinaire vérifiera si les conditions de souffrance maximale et l’incurabilité d’une maladie sont constituées et avérées, justifiant une abréviation des souffrances de l’animal.

PROPOSITION 3 : Aggravation des peines encourues et prononcées contre tout propriétaire abandonnant son animal de compagnie. Des travaux d’intérêt général prenant notamment la forme de stages dans des institutions animalières seront institués.

PROPOSITION 4 : Aggravation des peines encourues et prononcées contre tout propriétaire ou éducateur canin ou éleveur, professionnel ou pas, ou dirigeant d’animalerie, procédant à des maltraitances physiques ou morales d’un animal de compagnie ou pas. Surveillance renforcée des importations « sauvages » de chiots trop jeunes et porteurs de maladies.

PROPOSITION 5 : Institution d’une obligation de formation d’une demi-journée avant tout achat ou toute adoption d’un animal. Cette formation mettra l’accent sur une meilleure connaissance des animaux, de leur psychologie, de leurs besoins, et sur les devoirs propres des propriétaires envers leurs animaux.

PROPOSITION 6 : Aucun animal d’élevage ne pourra désormais, en violation du décret n° 97-903 du 1er octobre 1997, être mis à mort dans les abattoirs sans avoir été préalablement étourdis et rendus totalement inconscients. L’abattage rituel est ainsi interdit. Les caméras de surveillance dans ces lieux seront obligatoires, au même titre que des contrôles réguliers (parlementaires en particulier).

PROPOSITION 7 : Elaboration d’un plan de création de nouveaux refuges subventionné par l’Etat et les collectivités locales et de rénovation des fourrières et refuges les plus anciens par les fondations et associations protectrices des animaux, avec le concours des autorités publiques. L’objectif étant d’en finir avec les conditions carcérales de détention des animaux.

PROPOSITION 8 : Interdiction sur le territoire national des corridas et des combats d’animaux (coqs, chiens, etc.)

PROPOSITION 9 : Transformation des zoos en parcs animaliers où les animaux vivront dans les conditions les plus naturelles qui soient.

PROPOSITION 10 : Interdiction des spectacles d’animaux dans les cirques, en commençant par les bêtes nécessitant de grands espaces de vie comme les grands félins lions ou les éléphants.

PROPOSITION 11 : Suppression de toutes les expérimentations animales.

PROPOSITION 12 : Création d’un Ministère des Droits des Animaux

PROPOSITION 13 : Création, sur le modèle des Villes amies des enfants et des Villes amies des aînés, d’un réseau « Villes amies des animaux ».

PROPOSITION 14 : Développement des régimes végétariens dans les cantines scolaires.

PROPOSITION 15 : Stérilisation OBLIGATOIRE des Chats errants et domestiques.

PROPOSITION 16 : Interdiction de confiner les volailles : cailles, poules, canards, oies et les lapins dans des cages.

PROPOSITION 17 : Interdiction d’ici à 5 ans de toute production de FOIE GRAS.

PROPOSITION 18 : Suivi obligatoire des animaux adoptés ou achetés, avec visite, à sa convenance, d’un inspecteur au domicile des propriétaires.

PROPOSITION 19 : Obligation de signaler un changement de propriétaire lorsque chiens et chats sont donnés ou décédés. Obligation aussi de signaler le vol de l’animal.

PROPOSITION 20 : Abandon progressif du système des « fourrières » animalières au profit des refuges qui prendront directement en charge les animaux errants.

[à compléter par d’autre PROPOSITIONS rédigées]

L’euthanasie non justifié est une mise à mort

Michel Fize est indigné lorsque l’on parle « d’euthanasie » qui est une manière morale de dire une chose abominable. Pour lui, nous sommes en réalité face à des exécutions arbitraires. Le sociologue s’interroge d’ailleurs sur les termes utilisés « on abat » les porcs, les veaux, les vaches et « on euthanasie » les chiens et les chats…Dans tous les cas, pour Michel Fize il s’agit d’une « mise à mort ».

L’abandon, l’euthanasie non justifié et la violence sont des crimes contre l’animalité

Selon lui, l’abandon, l’euthanasie non justifié et la violence sont de véritables crimes contre l’animalité. Il est d’ailleurs pour la mise en place de peines plus sévères sans emprisonnement, une sanction qui ne sert à rien selon lui. Les « travaux d’intérêt animalier » où le sanctionné effectuerait toutes les tâches du quotidien d’un refuge. Voici la véritable peine à accomplir. Il faut que ce soit contraignant mais formateur.

Pour Michel Fize, l’animal battu, lui, est comme le petit enfant battu, est, au sens propre du terme, « sans défense ».

Michel Fize croit en la différence des espèces humaines et estime que le seul devoir de l’espèce humaine envers les autres n’est certainement pas la domination mais la protection. Nous avons à protéger les espèces plus fragiles que nous.

La course aux parrainages et aux fonds sont lancés !

Rendez-vous sur la page Facebook de Michel Fize

Cliquez – ici

Dogfidelity.com : Le réseau social de la communauté canine 

Inscrivez-vous, c’est gratuit !

sins

mon-profil

 

  • 248
  •  
  •  
  •