•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Carlin, plus communément connu sous le nom de « Pug », la dénomination britannique et américaine. C’est un chien molossoïde de petite taille. Sa silhouette est compacte et trapue, sa musculature est ferme et son corps est ramassé, mais il n’en est pas pour autant bas sur pattes.

Un peu d’histoire : Le Carlin nous vient originellement de Chine, où il était très apprécié de l’aristocratie. Les différents plis du visage ressemblaient à des idéogrammes chinois, qui devaient représenter le statut avantageux des personnes d’époque (mandarin, prince, marchand, etc.). Ils pouvaient alors lire dans les rides les mots chance, fidélité, réussite voire même prince. C’est pourquoi énormément de hauts dignitaires se les voyaient offrir par des personnes recherchant des faveurs. Ils étaient également un cadeau de mariage porte-bonheur parfait. C’est ainsi qu’on le retrouve un peu partout dans les différentes dynasties chinoises au XIIème siècle.
Grâce aux différents échanges commerciaux avec l’Europe, la Chine finira par exporter le Carlin, toujours en tant que cadeaux aux différents partenaires d’affaire. Aidée par la route de la soie, la race sera largement présente en Angleterre par l’accession au trône de Guillaume III qui a favorisé l’introduction de la race, mais aussi Écosse, Allemagne, Italie et France dès le XVIème siècle. La reine de France Marie-Antoinette elle-même possédait un carlin.

De par l’origine des acquisitions, les européens posent le Carlin sur un piédestal. La race est très respectée, et le sera jusqu’au XIXème siècle. A cette époque, la mode canine fera d’elle un objet obsolète. Le Pékinois deviendra alors la race favorite de l’aristocratie, et ce jusqu’à ce que le couple Windsor en fera leur étendard au milieu du XXème siècle. Le Carlin perdit encore un peu en popularité, jusqu’à ce qu’internet en fasse une des races les plus prisées en 2015.
Il faut cependant noter que le Carlin ne ressemblait en rien à la race d’aujourd’hui. Il était à l’origine plus grand, à la manière d’un Border Collie. La race a été « dégénérée », dans le sens où la science s’est évertuée à le rendre plus adapté à la vie d’appartement. Grâce à l’élevage ciblé et à l’accouplement avec d’autres races, le Carlin a réduit de taille au fil des années. C’est pourquoi il peut être sujet à plusieurs maladies qu’il ne connaissait pas à l’origine.

Le nom « Carlin » vient sans doute du comédien italien Carlo Antonio Bertinazzi (1710-1783), peut-être en raison de son masque noir qui évoque ceux portés par l’artiste durant ses représentations. Le standard d’origine en vigueur de la race a été publié le 26 mars 2009.

Son poil : court, fin, lisse, doux et brillant. Jamais dur ni laineux.
Sa couleur : fauve, abricot, noir ou argent. Les couleurs sont très nettes et des contrastes clairs.
Sa tête : large, ronde, avec le dessus plat, le visage renfrogné et des rides sur le front clairement marquées.
Ses oreilles : petites, fines et douces. En rose (petite, se repliant en arrière) ou en bouton (pavillon retombant en avant, l’extrémité couvrant l’orifice de l’oreille).
Ses yeux : grands, globuleux et de couleur sombre. Ils affichent une expression mêlant douceur, affection et souci.
Son corps : s’inscrit dans un carré, court, avec une ligne du dessus droite, une poitrine large et des côtés bien cintrés.
Sa queue : attachée haut avec une boucle prononcée, idéalement une double boucle.

Le Carlin est un chien extrêmement doux. Très attaché à son maître, il peut aussi se montrer très amical avec les étrangers, ce qui en fait un chien de compagnie fort agréable, mais surtout pas un bon gardien. C’est surtout son tempérament jovial qui est recherché, notamment par les enfants avec lesquels il s’entend parfaitement. Il a même ce côté clown qui amuse toute la famille, tout comme ses ronflements et ronronnements. Mais le Carlin peut également parfois se montrer têtu.

Le carlin apparait dans de nombreux films. Il est particulièrement remarqué dans le film men in black, ou il joue Franck un extraterrestre qui n’a pas sa langue dans sa gueule.

Ses points faibles sont :

Ses yeux, qui rougissent facilement et subissent des inflammations

Comme tous les chiens à museau aplati, il souffre également beaucoup de la chaleur.

Le Carlin peut être sujet à la luxation congénitale de la rotule

Il est important de bien entretenir son Carlin, ses multiples plis peuvent apporter des problèmes hygiéniques. Lui faire prendre un bain et un shampooing régulièrement est recommandé. Attention cependant à son museau, il doit bien rester sec et propre. Comme expliqué plus haut, nettoyez ses yeux régulièrement, l’accumulation de poussière peut lui poser des problèmes.
Il est conseillé de nettoyer les replis de peau entre les yeux et le museau avec un mouchoir ou un linge humide. Cet endroit peut accumuler des croûtes, dues à l’humidité. Ces croûtes peuvent macérer dans ces recoins et provoquer des démangeaisons, voire même des maladies.

Même si la liste des maladies potentielles peut paraître longue, le Carlin est loin d’être aussi délicat qu’il en a l’air. Il est important de bien s’en occuper, ainsi il tombera rarement malade. Certaines lignées sont cependant moins chanceuses que les autres et peuvent connaître des problèmes de santé spécifiques. Si vous avez peur de cela, tâchez de bien choisir une bonne lignée !

Et si vous voulez vraiment faire plaisir à votre chien , inscrivez-vous avec lui sur dogfidelity, postez vos photos, vidéo, faites vous des amis et partager votre passion canine !

Et surtout, merci de partager cet article.

Dogfidelity.com : Le 1er réseau social de la communauté canine 

Inscrivez-vous, c’est gratuit !

sins

mon-profil

  •  
  •  
  •  
  •