•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connaissez-vous l’émouvante histoire de Rigel, ce chien présent à bord du Titanic lors du naufrage de ce dernier en avril 1912 ? De race Terre-Neuve, il aurait appartenu à William McMaster Murdoch, 1er officier du prestigieux navire, et serait à l’origine du sauvetage de certains des survivants à cette tragédie. Bravant les éléments et surtout la froideur des eaux, notre ami à quatre pattes n’aurait pas hésité une seule seconde à apporter son aide aux naufragés.

Un chien-héros comme il en existe beaucoup, un chien sauvant des vies humaines au péril de la sienne, un chien prouvant une fois de plus qu’il est bel et bien le meilleur ami de l’homme, un chien dont on ne parle sûrement pas assez et dont on ne vante que peu les mérites. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est de nos jours le Terre-Neuve (Oui oui, on vous l’assure !) qui est le grand champion du sauvetage aquatique de par son endurance et sa résistance aux basses températures. Incroyable non ?

Les récits à propos de notre chien-héro ne sont donc très certainement pas que des fabulations ! Simple légende ou histoire bien réelle ? Le sujet est aujourd’hui controversé mais tellement attendrissant qu’on mettrait notre main au feu que le petit Rigel a réellement existé…

Tout commence lors de cette triste nuit du 14 au 15 avril 1912, lorsque le Titanic, le paquebot le plus luxueux et le plus grand encore jamais construit à l’époque, percute un iceberg dans l’océan Atlantique Nord alors qu’il se rend à New York à l’occasion de sa traversée inaugurale ayant débutée à Southampton. Il est alors presque minuit, le froid est glacial et la température de l’eau atteint les -2 degrés. Il ne faudra pas plus de trois heures au gigantesque paquebot pour couler, ce qui fera de ce naufrage l’une des plus grandes catastrophes maritimes de l’époque et la plus meurtrière avec plus de 1500 morts.

De nombreux animaux dont une cinquantaine de chiens ont également péri lors de ce tragique incident. Le sauvetage des naufragés, qui aura lieu quelques heures plus tard avec l’arrivée d’un autre navire, Le Carpathia, permettra de secourir environ 700 des passagers du navire déchu. Vous l’aurez compris, c’est la que Rigel notre courageux Terre-Neuve entre en jeu. L’histoire est belle, émouvante, et on a envie d’y croire. Véridique ou pas, voici ce que l’on sait de cette attendrissante anecdote.

Le maître de notre ami à poils, l’Officier McMaster Murdoch serait mort tragiquement lors de ce fameux naufrage. Rigel, lui, perdu et terrassé par la perte de son maître, aurait miraculeusement réussi à s’extraire des monstrueux décombres du navire, à nager au sein des eaux gelées de l’océan Atlantique et à atteindre l’un des canots de sauvetage dans lequel quelques passagers s’étaient réfugiés. L’histoire raconte que lorsque le Carpathia arriva sur les lieux du naufrage, le canot jusqu’auquel notre brave Terre-Neuve avait courageusement nagé était en train de dériver dangereusement et risquait d’être renversé ou broyé par le navire salvateur. Ce seraient donc les aboiements de Rigel, sentant l’imminence du danger et comprenant que les survivants étaient trop faibles pour se manifester, qui alertèrent le capitaine du Carpathia, Arthur Rostron, lequel ordonna par la suite l’arrêt des moteurs et lança les recherches des survivants. La totalité des personnes présentes sur le canot furent secourues et Rigel, épuisé et transit de froid, après plus de trois heures de combat contre l’eau et la fatigue, fut tiré hors de l’océan par un marin, nommé Jonas Briggs. Ce dernier aurait par la suite adopté le courageux chien qui pu couler des jours heureux et une retraite bien méritée ! 

  •  
  •  
  •  
  •