• 104
  • 2
  •  
  •  
  •  
    106
    Shares

L’émouvante histoire du chien de Sylvester Stallone…

Qui ne connaît pas aujourd’hui le grand et très renommé Sylvester Stallone, acteur, réalisateur, scénariste et producteur Américain ? Devenu célèbre notamment grâce à ses rôles au sein des films cultes Rocky et Rambo dont il a également été le scénariste, il est aujourd’hui une star internationale.

Tout le monde connaît Stallone… mais connaissez-vous Butkus, son chien et fidèle compagnon durant sa jeunesse ?

Dans les années 70, son « confident » et « meilleur ami » comme il aime à l’appeler a pourtant bien failli être séparé de son maître à tout jamais… Une belle et émouvante histoire, confessée il n’y a pas si longtemps par l’acteur qui n’oubliera jamais cette période de sa vie qu’il a partagée avec Butkus.

Sylvester Stallone :

Né le 6 juillet 1946 à New-York, Sylvester Stallone, de son véritable nom Michael Sylvester Gardenzio Stallone, n’a pas toujours connu la gloire et le succès. Suite à des complications survenues à sa naissance, il souffre d’une paralysie faciale du côté gauche lui causant un défaut de prononciation, ce qui lui vaudra les moqueries de ses camarades de classe durant toute son enfance. Peu studieux, il étudiera néanmoins plus tard l’art dramatique à Miami puis cumulera les petits boulots afin de gagner sa vie. Ecumant les auditions sans succès, ses débuts sont difficiles. Il connaît rapidement de grandes difficultés financières et, malgré sa persévérance, se retrouve même à dormir dans la rue. Ce n’est qu’après la sortie et le succès de Rocky que la carrière de l’acteur commencera à réellement décoller et qu’il sortira de la misère.

Stallone et Butkus :

En mars 2017 Sylvester Stallone révèle au monde entier sa touchante histoire avec Butkus. Il poste alors sur Instagram un cliché de lui tout jeune avec son chien dans les bras, datant de 1971. La légende de la photo, rédigée par l’acteur, est incroyablement émouvante, retraçant une bien belle histoire d’amitié entre lui et son petit compagnon. « Nous étions tous les deux maigres, affamés et on vivait dans un taudis au-dessus d’une station de métro. (…) Il n’y avait rien à faire de plus que de passer du temps ensemble, et c’est comme ça que j’ai commencé à apprendre les rudiments de scénariste. », raconte-t-il.

Stallone, très attaché à Butkus, aurait même confié que le film Rocky était en partie une « idée » de son compagnon. Mais vous l’aviez compris, avant d’incarner le personnage culte, l’acteur a connu l’extrême pauvreté.

« Des années plus tard, quand les choses ont empiré, j’ai dû le vendre (le chien) pour 40 dollars devant un 7-Eleven (une épicerie), parce que je ne pouvais pas m’acheter à manger. », confie-t-il encore sur le cliché posté sur Instagram.

Attendez un peu avant de crier, de pleurer, ou d’injurier… ou tout ce qu’un propriétaire de chien peut vouloir exprimer en lisant ces lignes ! Chez Dogfidelity, nous aimons les histoires qui finissent bien et les belles personnes ! Continuons…

Peu de temps donc après s’être séparé de Butkus, Sylvester Stallone finit par réussir à vendre le script de Rocky, qui devient un blockbuster.

Après avoir remporté ce succès inespéré, l’acteur décide de retrouver Butkus et de le racheter coûte que coûte à son nouveau propriétaire. Celui-ci refuse et Stallone tente alors de le convaincre en proposant une belle somme en dédommagement. Une longue et horrible négociation s’entame. Finalement, Stallone accepte de payer 15.000 dollars à l’homme.

L’amour pour Butkus n’a pas de prix !

« Comme un miracle des temps modernes, j’ai vendu le scénario de Rocky et j’ai pu le racheter, mais son nouveau propriétaire savait que je voulais désespérément le récupérer et me l’a facturé 15.000 dollars. », écrit-il ensuite, toujours en légende du fameux cliché. Puis il ajoute : « Il en valait chaque centime ! ».

Monsieur Sylvester Stallone, on vous aime !

 

Et surtout, merci de partager cet article.

Dogfidelity.com : Le 1er réseau social de la communauté canine 

Inscrivez-vous, c’est gratuit !

sins

mon-profil

  • 104
  • 2
  •  
  •